vendredi 9 décembre 2016

[National] Déclaration d'Ensemble! et du PCF. Face à la droite et à l'extrême-droite, en campagne avec Jean-Luc Mélenchon.

« Ensemble! » et le PCF se sont rencontrés le mardi 6 décembre. Les deux délégations ont noté leurs convergences sur l’analyse de la situation actuelle. Celle-ci est marquée par la persistance d’un Front national à un très haut niveau d’intention de vote. En promouvant des orientations xénophobes et un régime autoritaire, ce dernier fait peser des graves dangers sur les libertés démocratiques, alors même que se développent des courants similaires dans de nombreux pays. François Fillon, qui vient de gagner la primaire suite à une mobilisation massive de l’électorat de la droite traditionnelle, est porteur d’un projet de destruction des droits sociaux adossé à une vision réactionnaire de la société. Le retrait de François Hollande est le signe de l’échec d’un quinquennat calamiteux marqué par une politique néolibérale et sécuritaire.

Dans cette situation, « Ensemble! » et le PCF ont décidé de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle.

mardi 6 décembre 2016

[Communiqué unitaire] Alep : stop au carnage !

Rien n'est ignoré de ce qui est en cours à Alep. Après des mois de siège et de bombardements - visant prioritairement hôpitaux, écoles, boulangeries, points d'eau...-, les troupes du régime, renforcées par des milices iraniennes, irakiennes, afghanes, et soutenues massivement par l'aviation russe, ont engagé l'offensive finale contre Alep-Est. Pour écraser la rébellion et obliger la population à fuir et à capituler, tous les moyens sont utilisés : bombes au chlore, missiles, privation de tous moyens de survie... Des centaines de victimes, dont enfants, blessés, meurent chaque jour.
Ce sont là crimes de guerre, violation du droit international, une effrayante barbarie sans frein. De cela les ravages de long terme sont incommensurables.
Aucun gouvernement, aucun parti politique, aucun membre de la communauté humaine ne saurait s'exempter de sa part de responsabilité dans cette tragédie.
Il faut arrêter la main des bourreaux par une protestation générale de l'opinion publique. Il faut exiger l'arrêt immédiat des bombardements et des combats, pour permettre une aide humanitaire massive sous l’autorité de l'ONU et porter secours à la population d'Alep.
EELV, Ensemble !, NPA

lundi 5 décembre 2016

ITSRA : Un institut sous haute tension. Halte à la répression !

Les étudiant-e-s et les salarié-e-s de l'ITSRA (Institut du Travail Social de la Région Auvergne) sont mobilisé-e-s depuis de nombreux mois contre leur direction. 

Alors qu'ils / elles luttent pour leurs conditions d'études et entendent faire respecter leurs droits, la direction  ne répond à la situation de crise que par l'autoritarisme, les intimidations et les sanctions. Ainsi, après deux mises à pied, une "observation" et un avertissement, une salarié-e a reçu une lettre de préavis de licenciement pour faute grave. Ne nous y trompons pas, ces sanctions n'ont qu'un but : pénaliser les grévistes et étouffer la contestation. 

Ensemble 63 soutient les étudiant-e-s et salarié-e-s en luttent et appel, derrière les syndicats, à rejoindre le rassemblement programmé le 6 décembre afin d'exiger l'arrêt de la répression et la réintégration de la salariée licenciée.

[Communiqué Ensemble 63] Non à la fermeture de la SEITA à Riom !

Ils mentent, ils trichent, ils détruisent les vies et les emplois.


Les dirigeants d'Impérial Tobacco ont menti en disant que le sacrifice des autres sites sauverait celui de Riom. Ils continuent de mentir. La fermeture du site de Riom n'a pas pour but de« sauvegarder la productivité » mais bien de gaver encore plus leurs actionnaires dont la hausse des bénéfices a été de 11 %. Et ça ne leur suffit pas !




Stop à la dictature de la finance !Ils ont le portefeuille à la place du cœur. Frappons les au portefeuille.


La mafia financière ne recule devant rien. Mais rien n'est à eux ! Les stocks, les machines, les bâtiments sont le fruit de notre travail. Récupérer l'usage de ces richesses et l'emploi qui va avec n'est que justice et légitime défense. L'urgence est de stopper ces intégristes de la finance et de mettre sous séquestre leurs biens si mal acquis.

vendredi 2 décembre 2016

[Communiqué national] F. Hollande : direction la sortie.

Le renoncement de F. Hollande à se présenter à la prochaine présidentielle est le terrible aveu d'échec d'un quinquennat qui a floué les classes populaires.
Le seul regret exprimé est celui de la déchéance de nationalité. Mais c'est loin du compte !
Il ne dit pas un mot sur la loi El Khomri et les millions de manifestants en lutte contre l'inversion des normes, les pouvoirs accrus des entreprises pour licencier, en lutte contre la destruction programmée du code du travail. « Victoire à la Pyrrhus » à coup de 49-3 et de violences policières.

mercredi 30 novembre 2016

|Communiqué Ensemble 63] Unité et mobilisation contre l'extrême droite !

Lundi 28 novembre, c'est avec colère et consternation que nous avons découvert sur les murs de Clermont-Ferrand une série de tags haineux. Ces graffitis, dont le contenu fait l'apologie du fascisme et appelle à l'islamophobie, sont pour la plupart revendiqués par un groupuscule d'extrême droite.

L'inscription de ces messages sur les murs de la faculté de Carnot n'est pas sans rappeler la rafle de 1943 perpétrée par le régime nazi dans cette même faculté ; nous pouvons également difficilement décorréler la haine sur critères religieux du plus terrible génocide de notre histoire.

La recrudescence des groupuscules fascistes n'est pas non plus à détacher du contexte politique national.

samedi 26 novembre 2016

[Communiqué de Ensemble!] Stop à l'acharnement contre la famille d'Adama Traoré !

Depuis la mort d'Adama Traoré dans la cour de la gendarmerie de Beaumont-sur-Oise, la famille et les proches du défunt réclament justice et vérité. C'est par la mobilisation que les errements du parquet ont été étalés au grand jour, entraînant la mutation du procureur de Pontoise puis le dépaysement de l'affaire à Paris.

Le combat pour la justice et la vérité est désormais également un combat pour la dignité des proches d'Adama.

Ceux-ci sont confrontés à une escalade de mépris, de provocations et désormais de répression avec l'incarcération de deux frères d'Adama, Youssouf et Bagui, suite à la confrontation avec les gendarmes et les policiers municipaux devant la mairie.

lundi 21 novembre 2016

Communiqué du Collectif National d’Ensemble des 19 et 20 novembre 2016


Concernant les échéances électorales de 2017, du fait de l’absence de consensus, une consultation s'est faite autour de trois positions soumises à la discussion des membres d'Ensemble  : 
position 1 : 29,96 %
position 2 : 25,56 %
position 3 : 42,46 %
Abstention : 2,03 %

(Le contenu des positions est disponible ici.)


Considérant les points majoritairement exprimés dans le vote des collectifs locaux : 
- Ensemble ! appelle à soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon.
- Ensemble ! fera campagne dans un cadre commun, large et pluraliste, intégrant toutes les forces qui soutiennent cette candidature. 
- Ensemble ! fera cette proposition notamment à France Insoumise, Front Commun et, s'ils décident de soutenir Jean-Luc Mélenchon, au PCF et à des courants écologistes. 
- Ensemble ! se battra pour construire des candidatures unitaires aux législatives partout où c'est possible rassemblant France Insoumise, le PCF, EELV, des socialistes en rupture, le NPA, des forces sociales, des groupes citoyens… qui s'opposent à la droite et à l'extrême-droite.et qui veulent une politique de gauche en opposition à la politique du gouvernement Hollande. Nous chercherons à éviter la division mortifère de la gauche de transformation sociale et écologiste. 
- Ensemble ! poursuit une démarche de rassemblement unitaire et citoyen, notamment dans le cadre de l'appel des 100.
- Ensemble développera un projet politique en insistant sur le rôle primordial du mouvement populaire pour changer la société et sur les ruptures nécessaires avec le système capitaliste.

A l’issue de cette phase de débat qui a traversé notre mouvement sur les échéances de 2017, il est essentiel de se rassembler pour développer ces objectifs, ce qui implique également de respecter la position des camarades qui ne partagent pas ce choix concernant l'élection présidentielle.
Le prochain collectif national qui se réunira début 2017 fera le point sur les avancées de ces différents objectifs.


jeudi 27 octobre 2016

Contre le CETA et le TAFTA : une bataille est gagnée mais la guerre continue !

Le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement ou Accord Economique et Commercial Global) est un traité commercial établi entre le Canada et l'Union européenne, dont les négociations avaient été conclues en 2013, et signé en septembre 2014. Il s’agit d’un traité de libre-échange et de mise en place de mécanismes de « justice » privée pour les multinationales qui serait extrêmement dangereux pour l’intérêt des masses laborieuses d’un point de vu social et écologique comme le décortique cette brochure d’Attac. Outre son caractère nocif intrinsèque, le CETA est également le « bélier » pour la mise en œuvre TAFTA (Traité de libre-échange transatlantique), son « grand frère » qui porte sur le commerce entre l’UE et les Etats-Unis.

Cela a été possible parce que le CETA est un accord qui a défini comme « mixte », c’est-à-dire que sa mise en œuvre dépend de l’approbation non seulement du gouvernement canadien et des instances européennes mais également de l’adoption par les 28 Etats européens et les 10 provinces canadiennes. En raison de la particularité de la fédération belge (nécessité d’une adoption par les parlements des deux entités Wallonie et Flandres), le CETA a été bloqué par un vote négatif du parlement wallon et le refus du ministre-président wallon Paul Magnette d’accepter ce traité. Cela a été suivi par l’annonce le 24 octobre par le gouvernement belge qu’il « n’était pas en état » de signer.

lundi 24 octobre 2016

[Communiqué national] Manifestation de "policiers en colère" : une menace contre la démocratie.

La semaine passée a vu l'émergence de "policiers en colère", des manifestations de nuit de policiers dont la plupart étaient en service, certains armés et/ou masqués.  Le déclencheur en a été l'embuscade de Viry-Châtillon où des policiers ont été gravement blessés. « Ensemble! » condamne cette agression.

Le malaise existant parmi les policiers en raison des politiques d’austérité, de la « recherche du chiffre », élevées en principe suprême par la présidence Sarkozy, poursuivies par François Hollande, des conditions de travail liées notamment aux prescriptions sécuritaires décidées par la hiérarchie, est compréhensible. Mais cela ne peut pas faire oublier que la police, en tant qu'appareil de coercition armée ne saurait être considérée comme  un service public comme un autre et bénéficie de l'impunité pour les violences commises contre des populations victimes de discriminations racistes, le mouvement social de ce printemps ou les mobilisations écologistes. Le contraste est d'ailleurs saisissant avec la mansuétude du gouvernement envers les « policiers en colère » qui défilent de nuit sans autorisation au mépris d'un état d'urgence qu'ils ont revendiqué.

samedi 22 octobre 2016

#RefugeesWelcolme Toutes et tous au Mont Mézenc le 23 octobre !


Migrant-e-s, réfugié-e-s : Contre la logique mortifère des murs, 
rendez-vous au rassemblement du Mont Mézenc dimanche 23 octobre
 
Ensemble! Auvergne-Rhône-Alpes sera présent au rassemblement du Mont Mézenc dimanche 23 octobre 2016, répondant à la "Déclaration de bienvenue aux réfugiés" qui indique : "il nous semble d'autant plus important d'investir le Mont Mezenc qu'il domine le plateau Vivarais-Lignon où, durant l'Occupation, en offrant asile et protection à des Juifs comme à des non- juifs en proie à des persécutions, s'illustrèrent de nombreux habitants du Chambon-sur-Lignon et des communes voisines.Ils se sont vus décerner le titre de "Justes parmi les Nations" par l'Association Yad Vashem. Ainsi nous choisissons d'honorer les valeurs de fraternité et de solidarité portées en leur temps, en ce lieu symbolique, par les habitants de cette région. Notre objectif est aussi de promouvoir les réseaux d'aide et de soutien. Nous veillerons à ce que ce rassemblement ne soit pas un lieu de propagande électorale".  

En France, la question des migrants est instrumentalisée avec un cynisme écœurant dans le cadre de la prochaine présidentielle. C’est à celui qui sera le plus sécuritaire, le plus islamophobe, le plus identitaire. Après les ancêtres gaulois de Sarkozy, voici la position de Laurent Wauquiez, nouveau président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, qui fait sa "com'" autour de son refus d’accueillir des migrants dans « sa » région. Il est concurrencé sur ce terrain par le Maire FN d’'Hénin-Beaumont qui veut créer une association « Villes sans migrants », et par Robert Ménard qui veut organiser un référendum"anti-migrants"à Béziers. 

dimanche 9 octobre 2016

Soirée de solidarité avec le peuple Grec, vendredi 14 octobre 18h30 Fac de Lettres de Clermont

Le Collectif pour l'audit citoyen 63 (CAC 63) avec ATTAC 63, UNEF, CGT 63, Solidaires 63, Chôm-Actif, Ensemble 63, PCF 63, PG 63. Vous invite à une soirée de Solidarité avec la Grèce à l'occasion du passage à Clermont-Ferrand de la Caravane Solidarité-Santé avec la Grèce.

Vendredi 14 octobre à 18h30 Amphi 120 Faculté de lettres 

29 boulevard Gergovia Clermont-Ferrand.

mardi 4 octobre 2016

[Place au peuple] Lettre aux habitants de la Muraille de Chine et du quartier Saint-Jacques.

La dignité, la fierté et le droit de tout être humain est de pouvoir dire : j’habite ici, j’y suis heureux, j’ai ma vie ici, mes amis, mes habitudes et, donc, je veux rester ici. Personne ne doit pouvoir imposer un déménagement à qui que ce soit avant d’avoir obtenu son consentement. Pourtant, bien qu’il affirme le contraire, Olivier Bianchi, le Maire de Clermont a décrété avec sa majorité municipale la destruction pure et simple de la Muraille de Chine.


Ils font tout à l’envers. D’un côté nous n’avons pas besoin d’augmenter la capacité du stade Gabriel Montpied à 30 000 places (il n’y a que 5 000 spectateurs pour 12000 places et ça coûtera au moins 60 millons d’euros), ils veulent le faire. De l’autre nous avons besoin de milliers de logements sociaux et ils veulent détruire la Muraille de Chine.

jeudi 29 septembre 2016

[Communiqué de Ensemble] Mort de Shimon Peres, des éloges indécents.

Avec Shimon Peres disparaît l'un des fondateurs de l'Etat d'Israël, un des principaux dirigeants du parti travailliste qui occupa de nombreuses fonctions ministérielles, devint 1er ministre et président.

Au lendemain de son décès, c'est à une avalanche de louanges de la part de tous les dirigeants au niveau international à laquelle nous assistons. Il était serait devenu une colombe ! C’est un travestissement de la réalité.

Il reçut le prix Nobel de la Paix pour son action en faveur des accords d'Oslo en 1993 qui, pour la première fois, reconnaissait le peuple palestinien comme interlocuteur et son droit à un territoire ce qui aurait pu être un pas en avant dans la voie de la Paix mais a été l’instrument du fractionnement de la Cisjordanie et de la politique du fait accompli colonial.
Cela est en cohérence avec le parcours de celui qui avait été le principal artisan de l'acquisition de l'arme nucléaire et du programme nucléaire israélien. Sa responsabilité de 1er ministre est engagée dans le bombardement du village de Cana en 1996 tuant 106 civils, ce qui est constitutif d'un crime de guerre. Après l'assassinat dYitzak Rabin en 1995, il abandonna le processus de paix et rallia Ariel Sharon, adversaire déclaré des accords d'Oslo.

Et il approuva tout la politique de blocus de Gaza allant jusqu'à soutenir l'opération « Plomb durci » et les bombardements meurtriers de la bande de Gaza.
Aujourd'hui, l'extrême-droite est au pouvoir avec B. Netanyahou, la colonisation de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie est sans cesse en expansion, la bande de Gaza reste une prison à ciel ouvert.
Plus que jamais nous devons agir pour une paix digne et durable incluant la reconnaissance des droits nationaux du peuple palestinien avec la continuité territoriale et le droit au retour des réfugiés.

Pour cela il faut faire pressions sur toutes les autorités politiques et poursuivre la campagne internationale BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions d’Israël https://www.bdsfrance.org/  ) et soutenir le CNPJDPI (Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens http://cnpjdpi.org/ ) pour agir contre les exactions de l'Etat d'Israël."

[Communiqué Ensemble] Changement d'état-civil des personnes trans : ni médicalisation, ni judiciarisation !

La loi « Justice du XXIe siècle », actuellement en discussion au Parlement, prévoit d'assouplir les règles de changement d'état civil pour les personnes trans.
En effet, la « constatation médicale » du changement de « sexe » pourrait être abolie. Néanmoins, la loi, même dans sa version la plus « progressiste », prévoit que ce changement d'état civil sera soumis à la décision d'un juge.

mardi 13 septembre 2016

Le 15 septembre, contre la loi du MEDEF et du gouvernement, mobilisation pour l'abrogation !

Contre la loi du Medef et du gouvernement.
Mobilisation pour l'abrogation ! 
Qu'ils dégagent !


Aux coté du monde du travail et de la jeunesse, qui rejettent massivement les attaques anti-sociales du gouvernement Ensemble 63 appelle à participer  activement à la manifestation et aux grèves du Jeudi 15 Septembre et à la convergence des luttes. La mobilisation  du printemps, a démontré qu'un vent de révolte souffle sur le pays : avec les Nuits Debout, les manifestations, les blocages, nous avons commencé à relever la tête !

Il nous appartient d'amplifier la mobilisation pour l'abrogation de la loi scélérate et la casse du droit du travail et  de faire plier ce gouvernement  sur tous les terrains : social, politique, électoral. Avec leurs lois au service du  Medef, leurs atteintes aux  libertés, leur répression du monde du travail, qu'ils dégagent !

Dans le prolongement des mouvement sociaux l'heure est à préparer  tous ensemble un projet social, écologique et solidaire pour le pays et  notre camp social.

A Clermont-Ferrand, Rdv 10h place du 1er mai


dimanche 11 septembre 2016

Lettre de rentrée du Réseau éducation sans frontière (RESF)

Tous ensemble exigeons :
un toit, une école et des papiers pour tou-te-s.
          Dans le Puy de Dôme, le réseau éducation sans frontière 63 se réunit tous les lundis soirs à Clermont-Ferrand à 18h00 au centre Jean Richepin local de la LDH. Deux permanences sont assurées le jeudi au même local à partir de 18h00 pour examiner les situations individuelles, le mercredi après-midi est consacré aux jeunes étrangers isolés. Le but du réseau est la régularisation de tous les sans papiers. Toute l'énergie possible est déployée pour permettre aux étrangers de vivre dignement ici. L'aide aux étrangers nécessite des moyens financiers assez importants pour non seulement mettre en place des actions mais aussi permettre une aide pour l'obtention des titres de séjours, d'un passeport...Aussi RESF 63 s'est doté d'un outil pour financer son action : les amis de RESF63. Il est possible de soutenir le réseau en adhérant individuellement. Soyons nombreux à le faire :  amis.resf63@laposte.net
Jeunes étrangers isolés : Après les guerres, les famines, les risques encourus pendant les traversés, la galère continue.

jeudi 18 août 2016

Burkinis : chronique de l'islamophobie ordinaire.

Communiqué de Ensemble! Pour le retrait des arrêtés municipaux interdisant les burkinis sur les plages !

samedi 23 juillet 2016

Justice et vérité pour Adama Traoré : En finir avec l'impunité des forces de l'ordre

 Mardi dernier, à Beaumont-sur-Oise, Adama Traoré, 24 ans, décède alors qu’il est entre les mains de la Gendarmerie Nationale. « Malaise cardiaque », puis « infection foudroyante », les raisons évoquées par les autorités pour expliquer sa mort ne semblent convaincre personne parmi les proches.

Pour les clermontoises et les clermontois que nous sommes, cela ne va pas sans rappeler la mort de Wissam el-Yamni au cours de son interpellation, par la Police cette fois, en janvier 2012. « Malformation cardiaque », « excès de drogue », « accident » autant de raisons fantasques qui n’ont jamais expliqué ni les traces de coups ou de strangulation, ni les fractures…

Près de 5 ans plus tard, aucun procès n’a eu lieu, et aucun policier n’est plus poursuivi. Comme pour les 10 personnes qui, en moyenne, décèdent chaque année entre les mains des « Forces de l’Ordre », la justice ne sera sûrement pas rendue, et une fois de plus, c’est l’ensemble de l’appareil d’État – hiérarchie policière, Justice, élus locaux…- qui va s’acharner à couvrir la violence récurrente et mortelle de certains policiers.

Une fois de plus donc, un jeune noir est mort, en France, et tout sera fait pour qu’il apparaisse comme un suspect, et non comme la victime d’un crime d’autant plus horrible qu’il est commis par des agents en service, des fonctionnaires chargés de la sécurité publique.

Cette situation, ce déni de justice flagrant ternit
encore l’image d’un État au service des puissants, contre les plus pauvres et les plus discriminés. Nous invitons donc la population à rester très critique envers toutes les informations officielles concernant la mort d’Adama Traoré, à les confronter au moins à celles du collectif des familles de victimes Urgence Notre Police Assassine.

Nos pensées vont à la famille et aux amis du jeune homme, pour qui la bataille pour la vérité et la justice ne fait que commencer, ainsi qu’aux proches des autres victimes de violences policières, qui doivent revivre avec douleur ces moments.

Nous appelons à la fin de l’impunité policière, à des sanctions pénales et disciplinaires pour les meurtriers et ceux qui les couvrent, car sans Justice, il n’y a pas de Paix possible.

dimanche 17 juillet 2016

Turquie : une farce sanglante qui affaiblit le combat démocratique

Le 15 juillet 2016, vers 21h, les automobilistes d’Istanbul ont la surprise de voir des véhicules militaires et des blindés s’avancer dans les rues de la métropole pour se diriger vers un des deux ponts enjambant le Bosphore puis y couper la circulation. Vers 21h30, les habitants d’Ankara voient des avions de chasse de l’armée turque voler à très basse attitude et entendent les sirènes anti-aériennes de la ville se déclencher. Les informations circulent vite et dans ce pays qui a connu 3 prises de pouvoir par l’armée en 55 ans, la population comprend immédiatement ce dont il s’agit : une tentative de coup d’Etat militaire est en cours.

jeudi 7 juillet 2016

La loi "travail" passe en force mais notre combat continue !

Valls a de nouveau eu  recours au 49.3 pour faire adopter sans vote la loi "travail" en 2e lecture à l'Assemblée nationale. 

Ce nouveau coup de force confirme l'illégitimité de ce gouvernement aux aboies qui pour faire passer ses réformes rejetées par une très grande majorité de la population méprise la démocratie et réprime toutes formes de contestation sociale. La motion de censure de gauche n'a pas réunie assez de voix pour contrer ce hold-up démocratique. Nous saurons nous souvenir du vote de nos député-e-s et de la lâcheté avec laquelle ils ont laissé ce gouvernement scélérat saccager le code du travail.

Par son action, le gouvernement Valls affiche encore une fois son mépris contre les millions de salariéEs et de jeunes qui ont manifesté, fait grève, construit le mouvement citoyen Nuits debout, pendant 4 mois, dans toute la France, pour exiger le retrait de cette loi.

Par la répression, les nombreuses violences policières, les provocations, le gouvernement a tout fait pour étouffer la contestation.

mardi 21 juin 2016

1 million dans la rue le 14 juin ! Les 23 et 28 juin on continue !

Le 14 juin dernier, c'est plus d'1 million de personnes qui ont défilé et convergé à Paris. Derrière ce million, c'est la classe ouvrière, la jeunesse, les salarié-e-s du privé et du public, les précaires et les privé-e-s d'emplois qui ont décidé de ne pas courber l'échine et d'accentuer la lutte contre cette loi rétrograde et ce gouvernement illégitime. 




Ils manipulent les chiffres, nous leur opposons notre nombre !

vendredi 17 juin 2016

Retour sur la manifestation parisienne du 14 juin. Face au mépris et à la violence du gouvernement, opposons notre nombre et notre détermination.


Alors que l'on annonçait par avance un essoufflement majeur du mouvement contre la loi "Travail", la manifestation historique du 14 juin à Paris a fait démentir le gouvernement et les médias. Ce sont bel et bien plus d'1 million de personnes qui ont défilé et convergé à la capitale. Derrière ce million, c'est la classe ouvrière, la jeunesse, les salarié-e-s du privé et du public, les précaires et les privé-e-s d'emplois qui ont décidé de ne pas courber l'échine et d'accentuer la lutte contre cette loi rétrograde et ce gouvernement illégitime. 

lundi 13 juin 2016

[Communiqué du groupe Place au peuple] Le tweet et la matraque

La grande grève des ouvriers de Michelin en 1950, les plans sociaux des années 80, les licenciements boursiers de 1999 ont été des épreuves de vérité pour Gabriel Montpied, Roger Quilliot ou Serge Godard.

Sans être pour autant des révolutionnaires, les Maires successifs de Clermont avaient choisi la solidarité ouvrière, la lutte pied à pied pour le sort des salarié-e-s, une distance critique vis à vis de la mondialisation financière.

Face à Nuit Debout et au mouvement contre la loi travail, Olivier Bianchi tweete et appelle la police.

Vers une marée humaine sur Paris le 14 juin. Renversons Valls et son gouvernement !

La grande manif, c’est demain, le mardi 14 juin. C’est ce jour-là qu’a choisi l’intersyndicale nationale (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, FIDL, UNL) pour rassembler dans un grand fleuve populaire vers Paris toutes les rivières du mouvement social et politique contre la loi "Travail".

Texte d'orientation d'Ensemble! Pour une « Gauche Debout » !

Texte adopté le 12 juin 2016 par l’Assemblée Générale d’Ensemble!

Poser les jalons d’une alternative écologique, solidaire et démocratique

1) Un mouvement inédit aux fortes exigences politiques


La situation politique est marquée par un retour sur le devant de la scène des mobilisations sociales : lutte contre la déchéance de nationalité, mouvement large et multiforme contre la loi « El Khomri », poursuite de la bataille contre le projet de Notre Dame des Landes dans la perspective du référendum local et développement des mouvements contre l’extractivisme. L’horizon ne se limite pas à la peur, au repli sur soi et à la concurrence de tous contre tous. Des énergies existent pour porter des exigences sociales, démocratiques et écologiques.

dimanche 5 juin 2016

[RESF] Soutien à la famille Hyseni, manifestation jeudi 9 juin

Les membres de la famille HYSENI (Valbone, Vesel, leurs deux enfants Etuan, Florent scolarisés au groupe scolaire Jean Jaurès de Clermont-Fd) sont en danger d’expulsion du territoire français (Obligation à Quitter le Territoire Français- OQTF- assortie d’une assignation à résidence).

En provenance du Kosovo où ils fuyaient des conditions de vie impossibles, ils ont été accueillis en France il y a presque sept ans. A Clermont-Ferrand, Valbone et Vesel ont acquis la langue française qu’ils maîtrisent parfaitement ; ils se sont impliqués dans de nombreuses associations, et ont créé des liens d’amitié. Les enfants (Etuan est né en France) donnent pleine satisfaction aux enseignants de leur école. Ils ont été parrainés en Mairie de Clermont le 30 janvier 2016.

La famille remplit les conditions exigées par les textes législatifs et circulaires en vigueur pour être régularisée et obtenir un titre de séjour (durée de séjour en France, enfants scolarisés).

Aussi nous nous élevons face aux menaces dirigées contre cette famille.

NOUS DEMANDONS LE RÉEXAMEN DE LEUR SITUATION ET NOUS EXIGEONS UN TITRE DE SÉJOUR POUR LA FAMILLE HYSENI.

Ils vivent ici, ils restent ici !

Pour signer la pétition en soutien à la famille Hyseni, c'est par ici :

[RESF] Manifestation mercredi 15 juin : des élèves à la rue, ne laissons pas faire !

Ils sont nos élèves, nos camarades de classe, les copains de vos enfants au lycée Roger Claustres, au lycée Amédée Gasquet, au Collège Albert Camus, au Collège G. Philipe, à l’EREA d’Opme ou ailleurs dans le département. Ils sont étrangers isolés, arrivés seuls en France. Ils ont moins de 18 ans ou viennent de les avoir. Ils viennent le plus souvent d’Afrique où ils ont fui les guerres et la misère. Ils tentent ici en France, sans famille, de se reconstruire un avenir.

Ils fréquentent régulièrement l’école malgré des conditions de vie difficiles.

Ils dorment peut-être parfois dehors sans que vous le sachiez. En tous cas c’est ce qui les attend à partir de juin et pour tout l’été car ils sont ou vont être exclus de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) pour des « raisons budgétaires »…

Ils pourront manger une fois par jour grâce à l’accueil du Collectif « pauvreté-précarité ». Et c’est tout. Cela se passe en France, juste à côté de nous. Nous ne pouvons pas laisser faire en silence.

Pour eux nous revendiquons :

mardi 24 mai 2016

[Communiqué] Contre la répression policière, pour la libération d'Antoine et pour l'arrêt des poursuites

Le vendredi 21 mai 2016,

Les organisations syndicales, politiques et associatives soussignées dénoncent la répression policière qui avait épargné jusque-là Clermont-Ferrand et qui vient de frapper durement Antoine, syndicaliste interpellé suite à l'évacuation musclée de l’hôtel de ville des militant-e-s de « nuit debout » venu-e-s s'indigner auprès du conseil municipal de l’évacuation du campement pacifiste de la place de Jaude.
Alors qu’il n’a pas reconnu les faits et que des témoignages tendent à le disculper, Antoine reste incarcéré jusqu’à son jugement le 26 mai prochain. A la violence du 49.3 qui montre le mépris

Bloquer l'économie et étendre la mobilisation jusqu'au retrait de la loi travail !

Cela fait 2 mois que l'intersyndicale, les collectifs Nuit Debout par-tout en France, les organisations de jeunesse, des associations et des partis politiques sont mobilisés contre la destruction du code du travail.

Malgré les provocations et la brutalité de la répression policière, le recours au 49.3, la mobilisation, loin de faiblir, s'étend.

Après les routiers et les cheminots, et bientôt la RATP, ce sont les ouvriers de toutes les raffineries et du terminal pétrolier du Havre qui sont en grève. Plusieurs dépôts de carburant sont également bloqués. A Clermont-Ferrand, dès mardi 17 mai, le dépôt Total de Cournon a été bloqué par les syndicalistes et les nuitdeboutistes avant d'en être délogé par les forces de l'ordre ce dimanche.

Oui, il faut bloquer l'activité économique, faire converger les luttes et les mobilisations pour contraindre le gouvernement à retirer la loi travail, comme en 2006 avec le CPE.

lundi 16 mai 2016

Invitation pour la convention publique le 28 mai sur "l'ère du peuple ? Place au peuple !"


Non au diktat Hollande-Valls ! Nous sommes la majorité ! Les 17 et 19 mai censurons le gouvernement dans la rue !

Au mépris de toute légitimité et dépourvus de majorité à l'Assemblée nationale, Hollande et Valls ont décidé de recourir au 49.3 pour imposer le projet de loi « travail » et assouvir le MEDEF.

La répression et les violences policières à l'égard de jeunes, de syndicalistes ou de manifestant-e-s, montrent qu'ils craignent la mobilisation populaire, la convergence des luttes et des colères. Ils se réclament du « dialogue social » mais le pratiquent à coups de matraque et de flash-ball. Ils présentent leur décision comme un signe de force quand elle témoigne surtout du rejet que suscitent les politiques néolibérales. Ce gouvernement a peur : il n’était « assuré » que du vote de 80 député-e-s sur 280 !

S’il est minoritaire, au nom de quoi et de qui va-t-il gouverner ?

mercredi 11 mai 2016

49-3 : Le gouvernement fait passer en force la loi "Travail"

Le débat à l'Assemblée nationale tourne court. Le gouvernement a autorisé M. Valls à utiliser le 49.3.


La répression et les violences policières à l'égard de jeunes, de syndicalistes ou de simples manifestantEs, a montré que le gouvernement avait peur de la mobilisation populaire, de la convergence des luttes et des colères.
 
Le gouvernement qui se réclame du « dialogue social » le pratique à coups de matraque et de flash-ball. Et maintenant il veut museler et faire taire l'opposition parlementaire en utilisant l'arme anti-démocratique du 49.3. Et c'est bien parce que le gouvernement est en position de faiblesse qu'il agit ainsi. En effet, il manquerait une quarantaine de députéEs pour que le texte de loi soit adopté.

Les nombreuses manifestations depuis le 9 mars, le succès de la pétition pour le retrait sur internet, la mobilisation citoyenne des Nuits debout qui s'est invitée devant la permanence des députéEs sont la traduction d'un rejet massif de cette loi de régression sociale.
L'essentiel du projet est toujours là par rapport à l'inversion de la hiérarchie des normes qui permet le dumping social tirant vers le bas les conditions de travail et les salaires, avec la toute-puissance patronale pour licencier, même si le MEDEF fait mine de s'offusquer des quelques modifications.

La mobilisation continue que ce soit dans le cadre de Nuit debout ou de la journée du 12 mai regroupant l'intersyndicale et les organisations de jeunesse.

« Ensemble 63 ! » soutient totalement toutes ces initiatives.
Le passage en force de M. Valls, comme pour la loi Macron en 2015, ne doit pas rester sans réponse. Il passe par le dépôt d'une motion de censure de gauche.

mercredi 27 avril 2016

Debout pour gagner le retrait de la loi travail ! 28 avril et 1er mai : « En grève et sur les places, bloquons le pays pour débloquer nos vies ! ».

Malgré les vacances scolaires, la mobilisation populaire pour le retrait du projet de loi Travail continue et c'est maintenant plus de 70% de la population qui rejette le projet de loi.

Tous veulent un code du travail qui protège les salarié-e-s et non pas qui précarise, facilite les licenciements et détruit les droits sociaux. C'est indispensable... et possible ! Plusieurs millions d'emplois pourraient être créés par un retour aux 35h et vers les 32h, en développant les services publics - dans le domaine de la santé notamment -, en allant vers la transition écologique.

COMMUNIQUE DE PRESSE CAC 63 (Collectif pour l'Audit Citoyen 63).

Quatre contribuables clermontois refusent la facture insensée des emprunts toxiques et engagent un combat juridique contre les banques.Dans une lettre à Olivier Bianchi, ils mettent en demeure la Ville de renoncer à la signature du protocole d'accord avec les banques et au versement de plus de 34 millions d'euros de pénalité.
Avec le soutien du CAC 63, ils demandent à la commune de Clermont-Fd de continuer les actions en justice contre DEXIA.
Le Conseil Municipal du vendredi 29 avril devra à nouveau voter et répondre à cette démarche.

jeudi 21 avril 2016

[Front de Gauche Place au Peuple] Vœu en faveur d'un moratoire sur les expulsions locatives

Vœu en faveur d'un moratoire sur les expulsions locatives 
présenté par le groupe Front de Gauche-Place au Peuple 

Tout indique que la fin de la trêve hivernale, le 31 mars, a annoncé à Clermont-Ferrand une situation de crise en matière d’hébergement et de logement. 
Des mineurs isolés étrangers et de jeunes majeurs scolarisés se retrouvent sans hébergement. 
De nombreuses familles de sans-papiers viennent de se retrouver à la rue. 
Des dizaines de famille se retrouvent menacées d'expulsion locative. 

mardi 19 avril 2016

[Communiqué RESF 63] Les enfants ne doivent pas dormir dehors : un toit c'est un droit.

Les organisations signataires condamnent la décision du conseil départemental du Puy de Dôme. Un vote de cette instance limite l'hébergement d'urgence des familles (avec enfants de moins de trois ans) à 4 mois. Les familles sont ainsi sacrifiées sur l'autel de la réduction des dépenses publiques qui concernent des personnes (et non des dépenses de prestige), au mépris des droits fondamentaux, de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, des dispositions européennes et même des lois françaises les plus récentes (2007, 2016). Selon les dires du vice-président en charge du social, ce sont 30 familles et 112 personnes qui seraient concernées. D'après le dernier communiqué diffusé dans la Montagne, l'institution avance « qu'elle n'a plus les moyens financiers de financer des missions qui ne lui incombent pas ». 

vendredi 15 avril 2016

Le Conseil Départemental du 63 met des familles avec enfants de moins de 3 ans à la rue pour... "mettre un coup de pied dans la fourmilière"..

Début avril, le Conseil départemental, par l'intermédiaire de son vice-président en charge des affaires sociales, Alexandre Pourchon a décidé de jeter à la rue une dizaine de familles avec enfants de moins de 3 ans dont il assurait l'hébergement.

En effet, cet acte indigne et inique fait suite à une décision de janvier 2016, ou le conseil départemental avait décidé de n'assurer l'hébergement des familles déboutées du droit d'asile avec enfants de moins de 3 ans au maximum 4 mois par an...

Alors que la loi, rappelé par le Conseil d’État  oblige les conseils départementaux à prendre en charge l'hébergement de ce type de familles, le conseil départemental du Puy de Dôme fait le choix de l'illégalité et de l'indignité en jetant ces familles et ses enfants à la rue.

Mercredi 13 avril, une initiative du mouvement Nuit Debout Clermont, soutenue pat le RESF et le DAL a permis d'occuper symboliquement le Conseil départemental et d'exiger un entretien avec les élus en charge du dossier. Résultat des courses, un mépris affiché et un cynisme déconcertant. Ces élus ont renvoyé la responsabilité à l'état, se lavant les mains des familles et des enfants qu'ils mettent à la rue.

Ensemble 63 apporte tout son soutien à ces familles, et exige du Conseil départemental qui reprennent immédiatement à sa charge l'hébergement de ces familles et de ces enfants.


jeudi 14 avril 2016

Combattre la loi El Khomri jusqu'au bout : le nouveau souffle des "Nuit Debout".

En dépit de l'ouverture de nouvelles négociations avec les organisations de jeunesse, notre positionnement à l'égard du projet de loi El Khomri ne changera pas. Tant que cette loi aura pour but "d'adapter" les travailleurs et les travailleuses au monde du travail, nous nous mobiliserons pour son retrait pur et simple. Ce projet de loi rétrograde n'offre rien de bon et nous continuerons à le combattre par tous les moyens possibles.

La journée d'action et de mobilisation du 9 avril a réunie une nouvelle fois plus de 3 000 personnes dans les rues de Clermont-Ferrand à l'appel des organisations syndicales et de jeunesses. Le mot d'ordre de tous ces manifestant-e-s était simple et radical : soit le gouvernement cède, soit il cède la place !

dimanche 3 avril 2016

Après un 31 mars réussi, continuons la mobilisation jusqu'au retrait de la loi travail !


Après un 31 mars réussi, c'est en accentuant l'action et les mobilisations que nous obtiendrons le retrait pur et simple de la loi travail.

Jeudi 31 mars, nous étions 1 200 000 en grève et en manifestation partout en France pour exiger le retrait pur et simple de la loi "travail". C'est 2 fois plus que le 9 mars. Cette journée interprofessionnelle fut une nouvelle fois marquée par la convergence dans la rue et dans les luttes entre la jeunesse, les salarié-e-s du privé et du public, les retraité-e-s, les précaires et les privé-e-s d'emplois.

A Clermont-Ferrand,  20 000 personnes déterminées !

mardi 29 mars 2016

Le 31 mars, en grève et en manifestation pour le retrait du projet de loi "travail".

Depuis un mois maintenant, nous sommes des millions sur internet et dans la rue à nous dresser contre le projet de loi "travail", rétrograde et indigne. Les modifications à la marge n'ont en rien changé l'esprit du texte : précariser et rendre plus flexible les salarié-e-s. Trop occupés à rendre les derniers services promis au MEDEF, Gattaz et compères, Hollande et Valls restent sourds aux attentes de la jeunesse et les salarié-e-s.

Rassemblement contre la fin de la trève hivernale

Le printemps est synonyme pour les précaires du retour des expulsions locatives. Comme si la rue ne tuait pas avec le retour des beaux jours... N'oublions jamais que la mise à la rue est une double peine : une mise à mort administrative et sociale !


NON AUX EXPULSIONS LOCATIVES ! 

La solution n'est pas de mettre à la rue des familles entière dont le seul crime est d'être victime d'une extrême précarité. Cette chasse aux pauvres est indigne. Des solutions existent ! Nous avons besoin d'une politique qui enraye la crise du logement et extrait le logement public des logiques financières. Il est donc impératif de mettre en place un service public du logement, moderne, efficace et juste.

C'est pourquoi, Ensemble 63 appel au rassemblement initié par le DAL 63, 
 
samedi 2 avril 
14h30 
Place de Jaude.


Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *