mercredi 27 avril 2016

Debout pour gagner le retrait de la loi travail ! 28 avril et 1er mai : « En grève et sur les places, bloquons le pays pour débloquer nos vies ! ».

Malgré les vacances scolaires, la mobilisation populaire pour le retrait du projet de loi Travail continue et c'est maintenant plus de 70% de la population qui rejette le projet de loi.

Tous veulent un code du travail qui protège les salarié-e-s et non pas qui précarise, facilite les licenciements et détruit les droits sociaux. C'est indispensable... et possible ! Plusieurs millions d'emplois pourraient être créés par un retour aux 35h et vers les 32h, en développant les services publics - dans le domaine de la santé notamment -, en allant vers la transition écologique.


Les « concessions » de M. Valls aux organisations étudiantes et lycéennes, ainsi que les premiers reculs sur certains aspects de la loi montrent que si nous amplifions le mouvement de grève, de manifestations, d'occupation des places et de perturbation : il est possible de gagner et d'obtenir le retrait.

Le gouvernement le sait et c'est pourquoi, acculé, il réprime pensant pouvoir nous stopper. Mais la Vè République est en crise, le PS se désagrège, le chômage et la précarité explosent, les scandales financiers éclatent... la crise est plus globale et ne se résorbera pas à coup de matraque.

Les milliers de participant-e-s à la Nuit Debout à Paris et dans plusieurs dizaines de villes montrent qu'un grand pas est franchi dans la contestation publique du gouvernement de F. Hollande et dans l'espoir de bâtir une alternative au libéralisme. Les places sont des points de ralliement pour agir et pour penser... pour faire « place au peuple ».
Logement, travail, salaires, éducation, santé, démocratie, solidarité internationale, écologie... L'urgence est vitale ! Les débats et revendications portées par les citoyen-ne-s sur les places, mais aussi par les organisations syndicales et associatives s'opposent aux dégâts de 30 années de politiques libérales, ont la volonté d'y mettre fin, et des solutions pour. Tout cela doit donc converger et s'amplifier. Les mobilisations doivent continuer pour le retrait du projet de loi « et de son monde ». Toujours plus de citoyen-ne-s doivent participer.

Le « débat » parlementaire, lui, commence début mai. Au-delà du gouvernement, il s'agit donc maintenant de faire en sorte que nos députés ne votent pas la loi. Partout des actions doivent être entreprises dans ce sens. Chacun peut agir et interpeller.

Dans ce contexte, les journées de mobilisation des 28 avril et du 1er mai, ainsi que celles qui suivront revêtent une importance particulière : leur faire comprendre qu'ils devront céder ou céder la place. Ensemble, en grève et sur les places, il s'agit de bloquer le pays pour débloquer nos vies.

« Ensemble! 63 » membre du Front de Gauche, appelle le plus grand nombre à y participer malgré les difficultés que cela représente et à se donner rendez-vous les matins 10h place des Carmes pour manifester et les soirs, 18h place de Jaude pour participer à l'assemblée citoyenne « #NuitDebout ».

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *