jeudi 14 avril 2016

Combattre la loi El Khomri jusqu'au bout : le nouveau souffle des "Nuit Debout".

En dépit de l'ouverture de nouvelles négociations avec les organisations de jeunesse, notre positionnement à l'égard du projet de loi El Khomri ne changera pas. Tant que cette loi aura pour but "d'adapter" les travailleurs et les travailleuses au monde du travail, nous nous mobiliserons pour son retrait pur et simple. Ce projet de loi rétrograde n'offre rien de bon et nous continuerons à le combattre par tous les moyens possibles.

La journée d'action et de mobilisation du 9 avril a réunie une nouvelle fois plus de 3 000 personnes dans les rues de Clermont-Ferrand à l'appel des organisations syndicales et de jeunesses. Le mot d'ordre de tous ces manifestant-e-s était simple et radical : soit le gouvernement cède, soit il cède la place !

 
Accentuer la pression par tous les moyens 

La multiplication des journées de mobilisation ne suffira pas pour obtenir le retrait de la loi El Khomri. Cette mobilisation doit passer un cran, celui de la grève, celui des blocages, celui de la grève générale. Le blocage de l'économie et de l'appareil de production sont des leviers que nous devons enclencher Seul un mouvement déterminé et transversal pourra faire pression sur le gouvernement.  C'est en occupant nos facs, nos entreprises, nos usines et nos places publiques que nous feront reculer le gouvernement. La jeunesse de son côté ne désarme pas. 
Marchons, mobilisons-nous à ses côtés pour faire céder ce gouvernement scélérat. C'est dans cette optique que nous devons dès aujourd'hui construire la prochaine grande journée de mobilisation du 28 avril.
 
Le nouveau souffle "Nuit Debout"

Dans la foulée de la "Nuit Debout" organisée Place de la République le 31 mars à Paris, des habitant-e-s de nombreuses villes ont décidé à leur tour de reprendre possession de l'espace public pour se rencontrer, échanger, débattre et construire une nouvelle alternative. Si la mobilisation contre la loi "travail" est à la racine de ce mouvement, ses déclinaisons sont bien plus larges même si elles tendent en premier lieu à faire tomber la loi El Khomri et son "monde". 
Alors que notre société rongée par le chômage et la précarité, a les plus grandes difficultés à se mobiliser dans des grèves et à s’opposer à une classe politique majoritairement acquise à la « réforme »,  ce mouvement de citoyen-nes décidé-es à apparaître en pleine lumière constitue un nouvel espoir, un nouveau souffle. 

À Clermont-Ferrand, nous étions plus de 600 réunis devant la projection du film de François Ruffin, "Merci Patron!" place de Jaude le 9 avril dernier. A la suite de la manifestation, plusieurs centaines de clermontois-e-s avaient fait le choix d'occuper la place de Jaude, d'y mener des assemblées générales, de discuter et surtout de faire converger l'ensemble des luttes progressites qui seules s'essoufflent, mais qui regroupées retrouvent une nouvelle force. 


Depuis, le mouvement "Nuit Debout" s'installe dans le paysage clermontois. Tous les soirs, nous sommes des centaines à nous réunir en AG sur la place de Jaude avec comme ambition de reprendre notre "place", de relever la tête, et de tenir tête au gouvernement. Ni le mépris des dirigeant-e-s, ni les provocations, ni la répression policière n'aura raison de ce mouvement populaire.


Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *