vendredi 17 juin 2016

Retour sur la manifestation parisienne du 14 juin. Face au mépris et à la violence du gouvernement, opposons notre nombre et notre détermination.


Alors que l'on annonçait par avance un essoufflement majeur du mouvement contre la loi "Travail", la manifestation historique du 14 juin à Paris a fait démentir le gouvernement et les médias. Ce sont bel et bien plus d'1 million de personnes qui ont défilé et convergé à la capitale. Derrière ce million, c'est la classe ouvrière, la jeunesse, les salarié-e-s du privé et du public, les précaires et les privé-e-s d'emplois qui ont décidé de ne pas courber l'échine et d'accentuer la lutte contre cette loi rétrograde et ce gouvernement illégitime. 

Toute la France défile à Paris contre la "loi travail"
Venant des quatre coins de la France, ce sont des centaines de milliers de personnes qui ont convergé à Paris. Représentant l'ensemble des secteurs d'activité, ces salarié-e-s, précaires, jeunes, retraité-e-s, privé-e-s d'emplois ont fait nombre dans les rues parisiennes. 

Clermont-Ferrand n'était pas en reste puisque nous étions près de 1200 militant-e-s politiques, syndicaux ou nuitdeboutistes a avoir fait le déplacement. En province à Marseille, Toulouse, Strasbourg ou Rennes, 300 000 personnes ont défilé au même moment pour accentuer la pression sur le gouvernement. 
Ils manipulent les chiffres, nous leur opposons notre nombre !
Dès le départ, le gouvernement a manœuvré  pour minimiser l'importance de la manifestation en communiquant sur une prévision de 50 000 manifestant-e-s alors même que de très nombreux bus et trains étaient déjà programmés. Résultat des courses, la préfecture de Paris annonce avec la plus grande indécence le chiffre de 75 000 manifestant-e-s. Ce chiffre dérisoire au regard de la réalité témoigne du mépris du gouvernement Valls envers ce mouvement social qui conteste sa politique libérale depuis plus de 4 mois. Il suffisait d'être sur place pour constater l'importance de la manifestation. Plus de 4 heures après le départ  du carré de tête, la place d'Italie était encore bondée de monde.
Manipulations, violences et provocations

Avec cynisme, le gouvernement a parfaitement mené son plan de communication aidé dans sa tâche par la complicité coupable des médias de masse. Cette manœuvre avait pour objectif la neutralisation de la portée politique et de la massification du mouvement. Ainsi ce 14 juin la stratégie de la préfecture de Police était claire. Positionner les forces de "l'ordre" sur le parcours dans le but de provoquer des affrontements dans des zones symboliques préalablement choisies (cf épisode de l’hôpital Necker). La répression policière a été d'une rare violence. Cannons à eau, déluge de gaz et de lacrymo, coups de matraques, multiplications des nasses... Jusqu'à la fin, tout a été fait pour que les cortèges syndicaux n'arrivent pas aux Invalides, empêchant ainsi la captation d'une place qui aurait été à coups surs noire de monde. Au final, de très nombreux blessés du côté des manifestant-e-s (4 gravement), une manifestation discréditée aux yeux de l'opinion publique et des images de violences qui tournent en boucle sur toutes les télévisions et chaines d'infos en continu. Le coup de com' est réussi.  

Les casseurs ce sont eux !
Le 15 juin au matin, toute la classe politique, a commencer par le premier ministre, s'est précipitée pour discréditer le mouvement et rejeter la responsabilité de la violence sur les syndicats. L'instrumentalisation odieuse du cassage de la vitrine de l’hôpital Necker s'inscrit pleinement dans cet objectif. Manuel Valls n'a pas hésité sur France Inter a envisagé l'interdiction de prochaines manifestations "au cas par cas" et a invectiver la CGT, responsable selon lui des violences. Rappelons-le, les syndicats ne sont pas responsables de la sécurité des manifestations. Rappelons-le, la principale violence est du côté du gouvernement, une violence démocratique tout d'abord avec l’utilisation du 49-3 et une violence policière et judiciaire inouïe avec la multiplication des blessés graves et des condamnations. Rappelons-le, les vrais casseurs de l’hôpital public, ce sont eux avec la suppression de 22 000 postes et la fermeture de nombreuses structures de proximité. Ne soyons pas dupe de cet enfumage grossier. La "violence" légitime constatée de certains manifestant-e-s n'est que la conséquence directe d'une colère insufflée par la brutalité du gouvernement qui n'hésite pas à briser les droits des travailleuses et des travailleurs et à réprimer à tous crins toutes logiques contestataires. 
Restons solidaires et déterminé-e-s !
Les mensonges médiatiques et la propagande gouvernementale n'y changeront rien. Ce 14 juin la mobilisation a franchi un nouveau cap. Après avoir mobilisé la jeunesse, engendré les NuitDebout, déclenché les nombreux blocages économiques, la colère de la rue s'est de nouveau fait entendre. Cette colère et cette radicalité s'accentue avec le mépris du gouvernement qui face à la contestation digne et légitime de la population oppose le déni démocratique avec le 49-3 et la répression policière et judiciaire. 
Si la majorité des slogans était axée sur la dénonciation de la loi "travail", de plus en plus c'est la remise en cause de ce gouvernement brutal et illégitime qui est affichée. La mobilisation du mouvement social doit pouvoir trouver des débouchés politiques. Il ne s'agit plus seulement de remettre en cause l'économie et le "système", c'est le pouvoir que nous devons aller chercher. A l'image de cette manifestation nationale à la capitale, nous devons désormais accentuer la pression sur les lieux de pouvoir. Le gouvernement doit comprendre le message : qu'il cède ET cède la place ! 

SL

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *