samedi 12 mars 2016

Intervention d'Ensemble 63 lors du rassemblement contre l'état d'urgence, samedi 12 mars à Clermont-Fd.

Ce samedi 12 mars, comme partout en France, nous étions réunis place de Jaude pour dire Stop à la prolongation et à la constitutionnalisation de l’État d'urgence et à la déchéance de nationalité. 

Ainsi, ce sont plus de 200 personnes qui se sont mobilisés à Clermont-Fd en ce jour pour protester contre cette politique liberticide et inefficace et rappeler que l’État d'urgence n'est pas sécuritaire, mais social et démocratique. 

Retrouvez ci-dessous la retranscription de l'intervention de Marianne Maximi, co-porte parole d'ENSEMBLE 63 :



Aujourd'hui 12 mars, nous voici rassemblé une nouvelle fois contre l’État d'urgence et la déchéance de la nationalité. Je ne vais pas vous parler des conséquences de ces lois, de l'état d'exception permanent, de la xénophobie qui pousse le gouvernement à trier les concitoyens en fonction de leur origine... D'autres l'on fait mieux que moi.

Cette semaine, nombre d'entre nous se sont rassemblés plusieurs fois, et même si ces luttes sont différentes elles sont toutes liées. Et pour Ensemble 63, c'est là ­dessus que je voudrais insister.

Que ce soit pour les droits de toutes les femmes, contre la loi de régression sociale dite « loi travail », aux côtés des retraités, aux côtés des étrangers, contre les expulsions et pour la régularisation de tous, nous avons battu le pavé pour nous faire entendre.

Le lien entre tout cela, c'est la mobilisation contre un gouvernement de droite, qui mène sur tous les fronts une politique de droite, réactionnaire, répressive, qui soutient les plus riches et les plus puissants contre l'immense majorité de la population, contre nos intérêts de citoyennes et citoyens, de salarié-e-s, d'êtres humains dignes et libres de penser, de se faire entendre, de circuler.

L'ensemble des lois répressives et sécuritaires, toutes inspirées par la droite la pire des droites, qui ne servent qu'à rejeter tout recours à la solidarité, à nous faire accepter l'ordre et la concurrence de tous contre tous :

­Répression et expulsion des migrants, avec pour seul résultat de précariser, d'exclure, de jeter à la rue ou dans des bidonvilles des milliers de femmes, d'hommes, d'enfants. La déchéance de nationalité, pompé dans le programme du FN, qui n'arrêtera aucun terroriste, mais fracture notre pays en 2 catégories de citoyens, inégaux devant la loi.

­l’État d'urgence, qui profite des attentats pour museler la contestation à tous les niveaux : écologique, sociale, une militante BDS a même été arrêtée pour port d'un t­shirt susceptible de troubler l'ordre public...

Toutes ces lois sécuritaires, elles seront totalement inefficaces, mais elles sont le reflet d'un gouvernement qui pense qu'en courtisant l'électorat de Sarkozy et le Pen, il se maintiendra au pouvoir.

Toutes ces attaques, elles vont dans le même sens. La loi el khomri a suscité un sursaut, j'espère qu'il ira loin, que nous resterons aussi déterminé et que la loi sera retirée. Mais un mouvement d'ampleur, ce peut être aussi l'occasion de rediscuter avec toutes et tous, de l'ensemble des lois régressives de ces derniers mois, et d'infliger à Hollande et Valls défaite qu'ils méritent, première étape à la construction d'une véritable alternative.

A bas le capitalisme et la répression, ne cédons pas face à la peur ! No Pasaran !

Clermont-Ferrand le 12 mars 2016
Marianne Maximi

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *