mardi 5 janvier 2016

[RESF] Rassemblement de soutien aux premières victimes des coupes budgétaires dans l'aide sociale à l'enfance du département

Communiqué du RESF :

Tous les vœux de réussite du Conseil Départemental à Moussa …et aux autres jeunes étrangers !

Face à une très large mobilisation (des salarié-e-s des associations sociales financées par le Conseil Départemental), la Conseil départemental 63 avait choisi en Décembre de revenir sur sa décision d'arrêter la prise en charge des jeunes majeurs isolés à partir du 31 Décembre 2015. 
Les actions du RESF 63 (rencontre avec Alexandre Pourchon, vice-président et adjoint aux affaires sociales, lettre ouverte, pétitions), jointes aux protestations venues de toutes parts : enseignants, chefs d'établissements, assistants sociaux, parents d'élèves, et au mouvement de fond des éducateurs....avaient été entendues :

Les prises en charge des jeunes étrangers scolarisés seraient maintenues jusqu'à la fin de l'année scolaire, fin juin 2016...Ce fut un soulagement pour tous : même si cela ne fait que repousser le problème, du moins ces jeunes pourraient-ils terminer l'année scolaire en paix.
Hélas ! Les responsables de l’Aide Sociale à l’Enfance leur réservaient quelques coups bas ! C'est ainsi que Moussa*, né le 1er Janvier 1998, a été convoqué dans les bureaux de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE) le mercredi 30 Décembre et averti qu'il devrait quitter l'hôtel où il est hébergé le 31 Décembre ! Car Moussa , comme quelques autres, est arrivé en France analphabète et n’a donc jamais été scolarisé faute de structure d’accueil publique ! Non scolarisés, donc : dehors !
Notons qu’à nos nombreuses interventions pour dénoncer l’absence de classe pour ces jeunes analphabètes, les responsables de l’ASE nous ont répondu qu’ils étaient scolarisés par… les associations !!!
*Moussa est arrivé en France à 17 ans en Décembre 2014 et n'a jamais été scolarisé. Depuis son arrivée il apprend à lire et écrire avec l'aide des associations et de quelques personnes. Il suit environ 20 heures de cours par semaine. Tous disent qu’il travaille avec une grande persévérance.
Comment le Conseil Départemental, et tout particulièrement les responsables de l'Aide Sociale à l'Enfance, osent-ils de tels agissements ? Mettre un jeune de 18 ans dehors, du jour au lendemain, un 31 Décembre, en pleine trêve hivernale !
Cette mesure est, de plus, d'une mesquinerie sans nom ! Car, si elle devait être maintenue, elle concernerait une dizaine de jeunes par an. Quelles somptueuses économies va pouvoir faire ainsi le Conseil Départemental 63 au détriment des plus démunis parmi les plus démunis !
Car, comprenons nous bien : Si ces jeunes (dont beaucoup sont orphelins) ne sont plus pris en charge par notre société, ils n’ont aucune chance de pouvoir accéder à une formation professionnelle. Quelles perspectives leur restera-t-il ? 

Nous demandons en urgence une entrevue avec les représentants du Conseil Départemental 63 en charge des affaires sociales.
Nous exigeons que tous les jeunes étrangers relevant de l’ASE soit pris en charge, comme convenu, au moins jusqu’à la fin du mois de Juin.

Rassemblement mercredi 06 Janvier à 12 heures
 devant le Conseil départemental.

Dernière nouvelle : un autre jeune, qui est scolarisé en 3ème année de formation au Lycée Roger Claustres, hébergé dans un foyer par l’ASE et apprécié de tous, vient de recevoir la fin de sa prise en charge au 31 Décembre 2015. Il ne doit un abri qu’à son établissement scolaire qui le garde en internat. Il vient d’avoir 19 ans. Mais n’a t-il pas, comme les autres, le droit de terminer en paix son année scolaire ? ou bien le sort de ces jeunes est-il soumis à l’arbitraire de la direction de l’ASE ?

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *