jeudi 13 août 2015

Fusion des Régions Rhônes-Alpes et Auvergne : Une catastrophe pour l'emploi et les services publics

En avril 2015, un rapport commun des inspecteurs généraux de l’État sur la Réforme Territoriale estimait que 1448 postes de fonctionnaires d'État de la Santé, de l'environnement, ou encore de l'Education Nationale seraient transformés ou déplacés vers Lyon, nouvelle capitale régionale. Interpellé par nos élus d'Ensemble ! 63 sur ce désastre annoncé, Olivier Bianchi nous accusa tout simplement de vouloir « affoler la population pour faire un coup politique


L’information vient pourtant d’être confirmée : sur les 11 directions régionales de l'Etat, seule la DRAAF restera à Clermont-Ferrand. C’est donc bien environ 1000 postes qui seront déplacés à Lyon, sans compter les suppressions de postes à la Région et dans les structures fragilisées (CHU, Universités, Insee, Rectorat, FR3 Auvergne...)!


Un dur retour à la réalité pour le Maire de Clermont-Ferrand, qui n'a pas hésité à faire croire qu'il avait évité le pire. La capitale auvergnate se situe en fait parmi les anciennes capitales de région les plus durement touchée par la réforme territoriale.

De plus, lorsque les élus Front de Gauche-Place au Peuple proposèrent un vœu pour le maintien des emplois liés aux services publics régionaux au conseil municipal de juin 2015, Olivier Bianchi s'était écrié : ça ne sert à rien ce genre de voeu, ce qui sert, c’est le maire de Clermont-Fd qui a sauvé le Rectorat. Le vœu fut pourtant voté contre son avis, le mettant en minorité pour la seconde fois de son mandat. Quand au rectorat, s'il est maintenu, c'est sous les ordres d'un comité régional académique, situé à Lyon, et qui sera le seul interlocuteur du préfet de Région . Notre rectorat ne sera donc qu'une annexe, et pas grâce à M. Bianchi : c'est le Premier Ministre qui a trouvé cette astuce, surement pour ne pas rajouter à la fronde grandissante contre cette réforme territoriale qui accroit l'inégalité des citoyens devant le service public !

Ensemble 63, membre du Front de Gauche et du groupe Place au Peuple dénonce fermement cette réforme brutale, qui n'est qu'une nouvelle déclinaison de la politique d'austérité mené par le gouvernement, sous les injonctions de l'Union Européenne, et à l'encontre de l’intérêt de la population.

Nous interpellons le Parti Socialiste et le Maire de Clermont-Ferrand, qui ne cessent de faire croire que tout a été fait. Quand on sait que le nombre d'inscrit à Pôle-Emploi à augmenté de 5,3 % en un an sur Clermont-Communauté, que 320 emplois sont toujours menacés aux ACC, et 800 dans le secteur ingénierie de Michelin, la perte de plus de 1000 fonctionnaires d’État -sans compter les structures régionales et les emplois induits- nous fait craindre une véritable catastrophe sociale.

Nous restons donc vigilants et mobilisés, et appelons la population de Clermont-Fd à faire de même.

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *