mardi 15 mai 2012

Contre l'austérité en Grèce, solidarité avec Syriza.


Les élections législatives en Grèce le 6 mai dernier ont marqué une déroute électorale pour les partis de gauche et de droite, le Pasok et la Nouvelle Démocratie, qui avaient imposé à la population, aux salariéEs, aux retraitées dres reculs considérables en terme de salaires, de niveau de vie. 

Le chômage galopant touchant notamment la jeunesse, la vente à la découpe des biens publics étaient la rançon des exigences de l'Union européenne, des institutions financières internationales infligeant une politique d'austérité d'une terrible violence pour la mise en oeuvre de soi-disant plans d'aide.


Ces élections ont vu la montée de partis de la gauche radicale comme Syriza, arrivé en 2e position avec 16,8% des voix et 52 députés, qui a fait campagne contre le mémorandum de l'Union européenne et pour, entre autres, l'arrêt du paiement de la dette.

Depuis le 6 mai, les tentatives de combinaisons électorales se succèdent pour essayer de former un gouvernement sans remettre en cause la politique d'austérité infligée antérieurement par le Pasok et la Nouvelle Démocratie.

Syriza et son porte-parole national, Alexis Tsipras, qui refusent de particper à une telle coalition, sont l'objet dec pressions et d'attaques inimaginables de la part des autres partis et des grands médias. Ils veulent que Syriza renonce à son engagement de ne pas payer la dette et d'annuler les mesures d'austérité.

La Gauche anticapitaliste, courant unitaire pour l'éco-socialisme, tient à affirmer sa totale solidarité avec Syriza et Alexis Tsipras.

Toutes les forces politiques, syndicales et associatives engagées dans la campagne pour un audit citoyen et l'annulation de la dette doivent prendre des intiatives de soutien à Syriza.

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *